mercredi, avril 05, 2006

COE Jonathan, Testament à l'anglaise, Folio, Gallimard.


C'est comme un puzzle qu'il faut aborder l'ouvrage de l'auteur britannique Jonathan Coe, dont les pièces sont figurées par l'histoire de chacun des membres de la famille Winshaw. Cette famille, redoutablement influente, a su s'imposer dans tous les principaux secteurs de l'économie anglaise et donne ici un prétexte à l'auteur pour une satire acerbe de la société.

Michael Owen, écrivain solitaire et peu sûr de lui, est chargé de rédiger l'histoire de la famille Winshaw par la vieille tante Tabitha. Le récit s'articule entre l'histoire des Winshaw et celle de Michael Owen dont les existences s'avérent être incroyablement liées. Jonathan Coe se livre ici à un magnifique exercice. Il tisse de nombreux liens entre ses personnages qui ne se révèlent qu'à la fin et donnent à ce roman toute sa saveur. Il en résulte une sorte de jubilation chez le lecteur qui savoure avec délectation les derniers chapitres.

Si comme moi vous avez trouvé la mise place du récit un peu longue, je vous invite néanmoins à persévérer car c'est vraiment dans la deuxième partie de l'ouvrage que tout le génie de l'auteur se fait sentir. La façon dont il nous manipule est totalement jouissive et la fin du roman est plus que jamais le point d'orgue d'une intrigue rondement menée.

COE Jonathan, Testament à l'anglaise, Folio, Gallimard, 8.50 euros.

3 commentaires:

Agapanthe a dit…

Je partage ton opinion, il faut un certain nombre de pages avant d'adhéré au livre, ensuite on est emporté. J'ai d'ailleurs acheté la suite "Le cercle fermé" qui n'attend plus que d'être ouvert.

Isabelle AUREAU a dit…

Je ne savais pas qu'il y avait une suite! Meric beaucoup pour l'info. J'ai vraiment trouvé ce livre excellent et ne peux que le recommander chaudement!

damouredo a dit…

Je vais donc persévérer..car il est vrai que le début est déroutant !